La sclérose en plaques et les crampes.

Mise à jour : 03/09/2020    |    Auteurs : Dr Jonas Thomé, Dr Gilbert Meunier, J-M. WILVERS

scléreose en plaque et les crampes

AVERTISSEMENT : ce site ne peut en aucun cas se substituer à votre traitement 
médical. Seul, un médecin dans l’exercice de sa profession peut poser un
diagnostic et prescrire un traitement médical.

Les crampes de la sclérose en plaques.

Les crampes aux mollets, aux pieds ou aux jambes sont parmi les douleurs qui caractérisent le plus souvent la sclérose en plaques, et dont se plaignent fréquemment les patients. Il existe toutefois des traitements efficaces pour s’en débarrasser.

 

Sommaire :


1. Définitions de la sclérose en plaques et des crampes
2. Quelques données scientifiques sur la sclérose en plaques
3. Causes des crampes de la sclérose en plaques
4. Traitement des crampes de la sclérose en plaques
        > On ne peut pas guérir la sclérose en plaques, mais on peut éviter les crampes qui l’accompagnent.


1. Définitions de la sclérose en plaques et des crampes.

La sclérose en plaques (SEP).

Nous serons brefs, car d’autres sites spécialisés en parlent plus abondamment : scleroseenplaques.ca, fondation-charcot.org, ligue-sclerose.fr, afsep.fr, frm.org, arsep.org,…

En résumé, la sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune affectant le système nerveux central (le cerveau et la moelle épinière). En fait, une dysfonction du système immunitaire qui s’attaque à ses propres cellules et entraîne des lésions, provoquant des perturbations motrices, cognitives, sensitives, visuelles ou encore sphinctériennes (le plus souvent urinaires et intestinales).



Les crampes nocturnes. 

La crampe est une contraction douloureuse et involontaire d’un ou plusieurs muscles. Outre les crampes dues à un effort intense (chez les sportifs), les crampes apparaissent surtout durant la nuit, quand l’électricité statique accumulée en journée se déclenche.

Les personnes les plus fréquemment atteintes de crampes nocturnes sont :
– les personnes âgées : les crampes nocturnes augmentent avec l’âge
– les femmes en fin de grossesse : surtout durant les trois derniers mois de la grossesse
– les personnes ayant suivi une chimiothérapie
– les personnes en hémodialyse
– les personnes consommant certains médicaments (statines,…)
– les personnes atteintes de certaines maladies (sclérose en plaques, syndrome post-polio,…)


2. Données scientifiques sur la sclérose en plaques.

A vrai dire, la sclérose en plaques toucherait plus de près de 3 millions de personnes [1] dans le monde, dont 100.000 [2] en France [2] et 500.000 aux USA. 


D’autre part, la SEP provoque des douleurs importantes [3] [4] [5] dans une grande partie des cas. Ces douleurs sont réparties en trois types :

– Les douleurs neurogènes, qui sont directement liées à la maladie et provoquées par une atteinte du système nerveux central : sensations de brûlures, de décharges électriques, de piqûres aux extrémités des membres, de réaction douloureuse au toucher,…

– Les douleurs secondaires, qui sont déclenchées par un dysfonctionnement : troubles musculaires (raideurs, crampes nocturnes) ou conséquences de mauvaises positions (tendinites, lombalgies).

– Les douleurs iatrogènes, qui sont liées au traitement de fond de la SEP. (gênes musculaires, maux de tête).

Nous allons nous intéresser aux troubles musculaires provoqués par la sclérose en plaques, les crampes nocturnes.


3. Causes des crampes de la sclérose en plaques.

Selon le site crampes.org, les causes secondaires des crampes sont nombreuses : le manque de magnésium, de potassium, de calcium, de vitamines B1, B2, B5, B6, B9 et B12, la grossesse, le vieillissement, de nombreux médicaments,… et aussi certaines maladies, dont le syndrome post-polio et la sclérose en plaques

Ces causes sont responsables d’un déséquilibre ionique local de l’organisme, le plus souvent dans les mollets ou les pieds. Toutefois, les crampes peuvent apparaître en d’autres endroits : mains, cuisses, épaules,… et même à l’anus. Ces dernières sont appelées « proctalgie fugace« .

Une étude [7] a démontré que la cause essentielle du déclenchement des crampes est un excès d’électricité statique qui envoie aux muscles des ordres parasites de contraction. La persistance et l’intensité de la contraction provoquent la douleur de la crampe.


4. Traitement des crampes nocturnes accompagnant la sclérose en plaques.

Les crampes, surtout durant le repos, sont fréquentes chez les patients atteints de la SEP.

Certes, on ne peut pas guérir la sclérose en plaque ou la maladie de Charcot. Cependant, on peut diminuer ou ÉLIMINER les crampes qui l’accompagnent. 

D’ailleurs, un pré-test clinique réalisé au Brésil a démontré les effets positifs d’une technique naturelle de réduction des charges ioniques sur les crampes qui accompagnent généralement la SEP. De plus, une étude clinique devrait probablement le démontrer après la pandémie de Covid.

En attendant, deux autres études cliniques ont déjà été réalisées à l’UNIFESP (Universidade Federal de São Paulo) sur des patients atteints de SPP (Syndrome post-poliomyélite), une maladie aussi grave et handicapante. Le première étude [6] a démontré qu’en réduisant la charge ionique du corps (neutralisation de l’électricité statique), on diminuait aussi les douleurs de contractions musculaires (crampes) durant la nuit.

D’autre part, une deuxième étude [7] de la même équipe a démontré que cette technique éliminait aussi l’intolérance au froid dans les pieds dont souffrent de nombreuses personnes atteintes du SPP.

Enfin, on soupçonne que la neutralisation de l’électricité statique du corps pourrait avoir une influence bénéfique de ralentissement de l’évolution de la maladie. Hélas, cela n’a pas encore été démontré scientifiquement. Ceci n’est qu’une supposition.

Quoiqu’il en soit, cette technique peut déjà être utile pour diminuer les crampes nocturnes des patients souffrant de sclérose en plaques.

 

 

CONCRÈTEMENT, COMMENT PROCÉDER ? 

Pour diminuer les douleurs et crampes musculaires du SPP, nous vous recommandons de suivre cette méthode en 3 étapes : CONNAÎTRE  /  COMPRENDRE  /  TRAITER

Sources :

1. https://scleroseenplaques.ca/ressources/nouvelles/article/dapres-le-rapport-atlas-of-ms-28-millions-de-personnes-dans-le-
   monde-vivent-avec-la-sclerose-en-plaques
 

2. https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/maladies/maladies-neurodegeneratives/article/la-sclerose-en-plaques
3. https://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2008/revue-medicale-suisse-162/la-sclerose-en-plaques-douloureuse
4. http://www.ligue-sclerose.fr/Vivre-avec-la-SEP/Sclerose-en-Plaques-et-douleurs
5. https://scleroseenplaques.ca/fr/pdf/mscaninsert-0511-msandpain-FR.pdf
6. Leticia S. Ferreira, Monalisa P. Motta, Aline S. Helou, Leslie A. Portes, Francis M. Fávero, Acary S.B. Oliveira,
   Vagner R. dos Santos – Estudo de tecnologia de redução de cargas iônicas (cargas estáticas) no corpo Humano –
   Editorarevistas.MacKenzie  v. 19 n. 2 (2019).

7. ISSN 2238-6335 Rev. Ibirapuera, São Paulo, n. 17, p. 20-28, Jan/Jun 2019 > link https://www.ibirapuera.br/seer/index.php/
   rev/article/viewFile/174/158