Muscles, contractions musculaires et crampes.

Comprendre le fonctionnement des muscles et de leur contraction.

Les types des muscles et leur mode de contraction (volontaire ou involontaire ) :
– les muscles striés squelettiques VOLONTAIRES* (jambes, bras,…)
    > Exception : dans le cas des crampes, où ces contractions sont INVOLONTAIRES**
– les muscles lisses INVOLONTAIRES** (estomacs, vessie,…)
– le muscle strié cardiaque INVOLONTAIRES**

* dont la contraction dépend de la volonté (sur ordres du cerveau)
** dont la contraction ne dépend pas de notre volonté

Composition du muscle du muscle strié squelettique :

Le muscle strié squelettique (1) est formé de faisceaux (2), composés de fibres musculaires (3), elles-mêmes composées de myofibrilles (4). Ces myofibrilles sont formées de dizaines de milliers de sarcomères (5), (jusqu’à 100.000 sarcomères dans certains muscles), qui seront à la base de la contraction du muscle, comme illustré dans l’animation suivante.

La contraction VOLONTAIRE des muscles striés squelettiques.

Les sarcomères sont la CLÉ de la contraction des muscles squelettiques striés. Le cerveau leur envoie en effet un influx nerveux (micro-signal électrique) qui transite par la moelle épinière, via les nerfs.

L’ATP, la molécule énergétique de la cellule, reçoit cet influx nerveux et le transforme en signal de contraction des sarcomères.

ET ce sont précisément ces sarcomères qui, par le glissement des filaments fins d’actine au lieu des filaments épais de myosine, vont se contracter et gonfler légèrement tous ensemble, ce qui se traduira par la contraction du muscle.

On peut voir sur cette animation les filaments fins d’actine qui glissent au lieu des filaments épais de myosine qui se gonflent légèrement en se contractant.

Ensuite, le muscle se détend pour revenir à sa position de repos.

La contraction INVOLONTAIRE des muscles striés squelettiques.

Les contractions musculaires involontaires (crampes) surviennent surtout au repos (la nuit) ou à l’effort (après un sport intensif prolongé).

On les appelle des contractions « involontaires » car elles sont pas dues à un « ordre » venant du cerveau, mais à un « leurre » résultant d’une décharge involontaire d’électricité statique parasite, que l’ATP va ici aussi transformer en signal de contraction des sarcomères, qui vont contracter le muscle.

Ces contractions sont généralement douloureuses à très douloureuses, à cause de l’absence de signal de décontraction du muscle, qui peut ainsi rester contracté plusieurs minutes.

La cause de l’électricité statique responsable du déclenchement des crampes est généralement un déséquilibre ionique local du corps (le plus souvent aux membres inférieurs, mais parfois aussi aux mains, à l’anus ou tout autre endroit du corps).

Une récente étude (voir ici…) a démontré qu’en diminuant la charge ionique (en neutralisant l’électricité statique), l’ATP ne reçoit plus d’ordres erronés de contraction, et les crampes disparaissent. L’excès d’électricité statique est donc la cause essentiel du déclenchement des crampes, et sa neutralisation semble le traitement le plus prometteur, sans contre-indication ni effets secondaires.

Suite :

Etape 2B : la cause essentielle du déclenchement des crampes
Etape 3 : comment éliminer complètement les crampes