La quinine contre les crampes : très dangereux.

Mise à jour : 15/07/2020    |    Auteurs : Dr Jonas Thomé, Dr Gilbert Meunier, J-M. WILVERS

La quinine contre les crampes.

AVERTISSEMENT : ce site ne peut en aucun cas se substituer à votre traitement 
médical. Seul, un médecin dans l’exercice de sa profession peut poser un
diagnostic et prescrire un traitement médical.

Quinine contre les crampes.

Les médicaments à base de quinine contre les crampes peuvent provoquer des troubles cardiaques très graves, voire mortels. Heureusement, les médecins la prescrivent de moins en mois. En effet, des solutions naturelles existent, plus efficaces et sans aucun effet secondaire.

Sommaire :
1. Qu'est-ce que la quinine ?
2. Effets secondaires de la quinine.
3. Les dangers de la quinine.
4. Précautions à prendre avec la quinine.
5. Les alternatives naturelles et plus efficaces à la quinine contre les crampes très fortes.

1. Qu’est-ce que la quinine ?

La quinine est un alcaloïde naturel, analgésique, antipyrétique et antipaludique. Elle s’est surtout distinguée dans la lutte contre le paludisme [1] (ou malaria).


2. Effets secondaires de la quinine les crampes :

La quinine est ou était généralement prescrite contre les crampes. Des études ont montré que l’utilisation de la quinine dans les crampes musculaires idiopathiques ne se justifie [2] [3] plus. En effet, son bénéfice est négligeable par rapport au risque d’effets indésirables graves voire fatals. Notamment elle provoque des troubles hématologiques tels thrombopénie, anémie hémolytique, ainsi que des réactions anaphylactiques, éruptions cutanées et troubles sensoriels (par ex. des acouphènes).

De ce fait, on ne doit plus utiliser la quinine pour le traitement des crampes musculaires idiopathiques, contrairement à ce qui était recommandé jadis.


3. Les dangers de la quinine contre les crampes.

Alors qu’il y a quelques temps, on annonçait le retrait officiel de la vente du Myolastan [4] et ses dérivés à base de tétrazépam (ils ont été retirés de la vente dans tous les pays européens à cause de leurs effets secondaires très dangereux), la quinine est enfin dans le collimateur de l’Agence nationale de sécurité du médicament. On espère qu’elle sera bientôt interdite dans le traitement des crampes.

Vu les dangers de la quinine, la majorité des médecins ne la prescrivent plus depuis longtemps contre les crampes, et elle n’est d’ailleurs plus remboursée [5] depuis quelques années dans de nombreux pays.

 

Limitations dans certains pays.

Aux Etats-Unis, en raison de sa faible efficacité et des risques mortels potentiels (notamment hématologiques, cardiaques et allergiques) la FDA (Food and Drug Administration) n’autorise plus son usage dans cette indication, et elle est retirée depuis 1995 [6]. De même en Australie, elle a aussi été retirée de la vente depuis plus de quinze ans [7]. En Europe, son indication est désormais limitée [8].

Par ailleurs, en France, la revue Prescrire [9] déconseille l’usage de la quinine vu les dangers (troubles cardiaques graves, réactions allergiques, cutanées ou respiratoires) qu’elle représente face à son efficacité insuffisante contre les crampes. Nombreux sont les médecins en faveur de son interdiction pure et simple.

 

L’avis du docteur Bruno Toussaint sur la quinine contre les crampes.

Dans une interview du Dr Bruno Toussaint, directeur de la rédaction de la revue Prescrire, à un site de santé, Bruno Toussaint déclare « La quinine est un médicament prescrit en cas de crampes. Elle agit directement sur la douleur. Mais son efficacité est minime, on n’a pas toujours les résultats escomptés… ». Ce qui justifie donc que les bénéfices potentiels sont moindres, en regard des dangers de la quinine.

Pour le Dr Toussaint, « la grande majorité des nouveaux médicaments n’apportent rien en termes de progrès et comme il y a bien plus d’arrivées que de sorties, cela fait une forte proportion de médicaments dont on pourrait se passer ». Il ajoute qu’ « une grande partie des médicaments sur le marché français comme sur d’autres marchés ne sont pas très efficaces d’abord et, ensuite, font double, triple ou quadruple emploi, par rapport à ceux que l’on a déjà ».

 

Alerte de l’ANSM sur la quinine contre les crampes.

Dans son alerte du 16/01/2012, l’AFSSAPS (devenue entretemps l’ANSM – Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé) recommande l’arrêt immédiat du traitement à la quinine [10] en cas d’apparition d’effets indésirables comme acouphènes et baisse aiguë de l’acuité auditive, vertiges, céphalées, nausées, troubles de la vision,… reconnaissant ainsi les dangers réels de la quinine. 

De toute façon, les crampes ne sont pas une maladie et ne nécessitent aucun traitement médicamenteux. Le meilleur traitement consiste à éliminer la cause de leur déclenchement.


4. Précautions à prendre avec la quinine contre les crampes.

Si votre médecin vous prescrit un médicament contre les crampes, vérifiez s’il ne s’agit pas de « Quinine Vitamine C Grand » ou quelque autre médicament à base de quinine. Si jamais c’est le cas, vous avez deux possibilités :

– soit refuser ce médicament très dangereux;
– ou alors, si vous y tenez malgré tout, suivez ces conseils de l’ANSM [11] (Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé) : arrêtez immédiatement le traitement et consultez un médecin en cas de réaction. Par exemple : allergie cutanée, rougeur, purpura, bourdonnement d’oreilles, trouble de la vision, baisse de l’audition, vertiges, maux de tête,…


5. Les alternatives naturelles à la quinine contre les crampes très fortes :

– La quinine aide contre les crampes moyennes, mais fait peu d’effets sur les crampes très fortes.

– Heureusement, il existe un remède efficace et naturel, qui consiste à neutraliser la cause de leur déclenchement. Même les crampes les plus rebelles disparaissent dès le premier jour.

Sources :

1. https://www.severemalaria.org/fr/sur-le-terrain/projects/%C3%A9tude-seaquamat
2. Katzberg HD, Khan A H, So YT. Assessment: symptomatic treatment for muscle cramps (an evidence-based review): report of the
   therapeutics and technology assessment subcommittee of the America academy of neurology. Neurology 2010;74;691-6.  

3. http://www.minerva-ebm.be/FR/Article/124 
4. https://urps-mk-ara.org/retrait-de-la-vente-du-tetrazepam/
5. https://www.lemoniteurdespharmacies.fr/mybdd/fiche/39_1561/bb5page/comptoir/medicaments/modification-du-taux-de-
   remboursement.html
 

6. https://www.govinfo.gov/content/pkg/FR-1995-04-19/html/95-9701.htm
7. https://www.tga.gov.au/book-page/32-quinine-and-its-salts
8. https://www.vidal.fr/actualites/3011-quinine-dans-le-traitement-des-crampes-restriction-de-l-indication.html
9. https://www.prescrire.org/fr/3/31/47188/0/NewsDetails.aspx 
10. http://www.pharmacovigilance-limoges.fr/sites/default/files/files/Recommandations/lp-120104-Quinine-1.pdf
11. http://agence-prd.ansm.sante.fr/php/ecodex/frames.php?specid=60688245&typedoc=N&ref=N0259500.htm